Association Sportive Gazelec Gardois Cyclo Aramon F.F.C.T.

Association  Sportive  Gazelec  Gardois  Cyclo  Aramon  F.F.C.T.

Saint Jean 2015

Photos de la journée

Voilà une tradition qui est bien ancrée au sein du club du GAZELEC ARAMON, affilié à la FFCT. En effet cela fait quelques décennies que le 23 juin, les cyclos disponibles se retrouvent pour prendre la route de BELLEGARDE, où nous retrouvons les coureurs à pieds de St CANNAT qui sont maintenant devenus des Amis.

                      Ces derniers vont jusqu'au Mont CANIGOU pour récupérer "La Flamme" et la distribuer tout au long de leur périple, pour la traditionnelle fête de la Saint JEAN.

                      Bref rappel, depuis la nuit des temps, les peuples allumaient des feux pour fêter le solstice d'été, nuit la plus courte de l'année. Repris par la confrérie des mainteneur des traditions provençales, cette fête est relayé dans une grande partie du bassin méditerranéen, avec objectif d'embraser tout ce bassin , et même bien au delà. Et cette nuit là, une seule lueur brille dans le ciel, c'est la flamme du CANIGOU. Née d'une flamme solaire en 1955, elle est conservée toute l'année au Castillet de PERPIGNAN, avant d'être régénérée au sommet du mont CANIGOU l dimanche avant le 23 juin.

 Cette flamme est avant tout un signe de paix, de fraternité et d'amitié qui unit entre eux des bénévoles, des mainteneurs de traditions et de cultures différentes, dans un même élan de joie et de complicité. Pour ceux qui l'ignorent, Jean-Claude HESSE  du club d'ARAMON a été intronisé mainteneur en 2011.

                      Revenons à nos moutons, plutôt nos cyclos à leur arrivée, retrouvaille avec les coureurs (innovation cette année, ce n'était plus à l'office de tourisme, mais à l'abbatiale) que monsieur le curé nous a reçu, en présence des élus locaux. Discours de circonstance, bénédiction de la flamme, et partage du sel et du pain entre tous les présents.

                      Maintenant bien rodé dans ce rouage, le cyclo club  d'ARAMON prend le relai des coureurs de St CANAT pour l'étape qui nous mène en mairie d'ARLES. Un regroupement est fait à TRINQUETAILLE, coureurs et cyclos circulent avec route ouverte par la police municipale jusqu'en mairie, où le Maire, le Conseiller Régional, La Reine d'ARLES et ses demoiselles d'honneur, ainsi que de nombreuses associations venant récupérer "La Flamme" ainsi qu'une présence importante de locaux et de touristes (même japonais, si, si)

                      Là aussi, discours et bénédictions, lecture du message de la St JEAN, en français et en provençal. Un repas est partagé entre participants. Puis après les au revoir, chacun reprend le chemin de sa commune pour être à l'heure pour les festivités.

                      Bien sûr, nous avons droit presque chaque année à la compagnie du mistral pour notre retour, ce qui ne facilite pas notre avancée, mais nous sommes pugnaces, et on sait qu'une bonne tranche de houblon nous attend sur le Planet.

                      Quelques heures de remise en condition (douche, restauration, repos) et nous voilà déjà l'heure du rendez vous aux arènes, avec les associations aramonaises, pour amener la flamme au centre du village. Les élus sont présents, discours de circonstance, quelques danses offertes par le groupe folklorique. La municipalité offre le pot de l'amitié, avant que chacun se restaure, en compagnie de la population.

                      Le soleil étant caché depuis un moment, c'est l'heure de se regrouper pour un défilé en direction de la place St JEAN et de sa statue. Changement du bouquet de fleur, de la gerbe de blé, un peu de toilette à la statut jusqu'à l'année prochaine. La chorale chante la coupo santo. Mais les enfants piétinent. Ouf çà y est, on distribue les lampions, et au son des fifres et tambourins, la pèguoulade serpente dans les ruelles du village, sur le quai, avant de rejoindre le planet où les fagots sont disposés et attendent la mise à feu. Encore une fois, les enfants ne tiennent plus en place, et sont prêts à lancer leurs lampions sur les flammes qui montent haut dans le ciel. Le groupe folklorique entraine tout le monde dans une folle farandole. Les jeunes, eh oui encore eux, attendent le feu vert pour braver les éléments et s'élancer au dessus des flammes, sous l'œil bienveillant des organisateurs et des parents.

                      Mais déjà, les flammes baissent d'intensité (peu de bois cette année pour cause de sécurité mistral) des groupes se forment pour discuter, prendre un rafraichissement dur la terrasse des bars du centre ville. Les commentaires vont bon train, mais déjà dans toutes les têtes, on se dit tous à l'AN QUE VIN.

 



28/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres